Posted in GAMING

One Piece World Seeker

One Piece World Seeker Posted on 23 avril 2019Leave a comment

Avant de m’attaquer à la rédaction de ses quelques lignes, j’ai pu lire et entendre à droite à gauche que jusqu’à présent One Piece n’avait jamais eu de d’adaptation vidéo-ludique à la hauteur de sa réputation. Certes les dernières adaptations des aventures de Luffy sur console de salon se résument à un VS Fighting (Burning Blood) et un Muso (Pirates Warriors 3). One Piece World Seeker se présentant donc comme l’un des uniques jeux d’action/aventure de la licence… Chose étrange, car Ganbarion, le studio à l’origine de World Seeker n’en est pas à son premier coup d’essaie puisque c’est à eux que l’on doit l’excellente série des One Piece Unlimited. De bonnes adaptations de One Piece, existent, la dernière en date étant Unlimited World R dispo sur PS4 et Switch.

Pour fêter les 20 ans du manga, Bandai Namco à voulu marquer le coup avec un nouveau jeu One Piece en Open World. Le travail a donc été confié aux petits gars de chez Ganbarion. Nous voici donc avec World Seeker et malheureusement ce loin d’être à la hauteur de nos espérances (du moins des miennes). Soyons honnête, si vous n’êtes pas un fan du manga, passez votre chemin, One Piece World Seeker n’est pas fait pour vous.

UNE HISTOIRE INÉDITE ET UNE RÉALISATION SOIGNÉE 

Luffy et son équipage se rendent sur l’île Prison pour y dénicher un fabuleux trésor gardé par la marine. Cependant le gardien chef Isaac ne l’entend pas de cette oreille et va tout faire mettre des bâtons dans les roues de nos héros. Accompagnée de Jeanne, une habitante de l’île, Luffy et son équipage vont devoir venir en aide aux habitants et pour découvrir ce que manigance le gardien chef.
L’histoire du jeu est donc complètement inédite et s’inscrit pas dans la trame principale du manga. Toutefois, elle est suffisamment bien ficelée pour faire intervenir les figures majeures de l’œuvre d’Oda. Pirates de renom, membres de l’armée révolutionnaire, amiraux et bien d’autres encore croiseront votre chemin. A 
noter que Jeanne et Isaac ont été dessinés par Oda lui-même pour l’occasion. Le scénario est plutôt sympa et on prend plaisir à croiser et combattre tous les personnages emblématiques du manga. Fan-service oui, mais vu que le jeu est destiné aux fans, pourquoi s’en priver ? On notera quelques références a certains passages de l’animé et aux films. 

Coté réalisation, le jeu est vraiment joli. Le cel-shading fait merveilleusement bien le travail et couplé au doublage japonais on aurait presque l’impression d’être devant l’animé. Malheureusement on en profitera que très peu, les cinématiques se comptent sur les doigts de la main. L’île Prison quant à elle, est affreusement vide et les décors ne varient que très peu. Bien dommage quand on connait la richesse du monde de One Piece, l’île aurait gagnée à proposer divers environnements, climats ou végétations. Même l’architecture reste grosso-modo la même d’une ville à une autre. 

GAMEPLAY ET OPEN WORLD DÉCEVANT

L’un des gros points noirs de World Seeker se trouve dans son Gameplay. On se retrouve ici devant un BTA des plus classiques avec une pointe de RPG. Premier problème, la palette de coups de Luffy est ridiculement restreinte et certaines attaques devront être débloquées via l’arbre de compétences (comme le Jet Gatling ou le Bazooka). Luffy dispose d’un enchaînement de seulement 3 ou 4 coups que l’on devra répéter encore et encore. Pour casser un peu cette monotonie vous pourrez faire varier vos coups en activant le Haki de l’armement (mais toujours dans la limite de 3). Ajoutez à cela trois attaques spéciales et le Gear 4 et vous aurez la panoplie complète d’attaques d’on dispose Luffy. Malheureusement, le jeu ne propose aucun système de combo (coups forts/faibles / rythme) et il est impossible d’activer votre Haki en plein combo et que cela prend bien 1 seconde à s’activer. Pareil pour la garde ou l’esquive. On passe donc le plus clair du temps à marteler la touche pour faire grimper la jauge de super et lancer une attaque spéciale. 

On notera également quelques passages d’infiltration qui nuisent particulièrement à l’immersion.

Pour le coté RPG/Aventure, Luffy dispose d’un arbre de compétences que l’on peut développer comme bon nous semble, en fonction des événements. Cet arbre reste cependant limité. Beaucoup de compétences (une branche entière) sont des compétences de déplacements et on retrouve également pas mal « d’améliorations » (dégâts / temps de recharge…) de pouvoirs déjà débloqués. L’arbre est sympathique mais au final, il n’apporte pas grand-chose. On trouvera également un système de crafting pour fabriquer des équipements et de nouvelles tenues grâce à divers matériaux que vous trouverez sur l’île (vous pouvez également envoyer vos compagnons en missions pour en ramasser). 

La difficulté quant à elle est parfois aberrante. Vous pourrez tout à fait venir à bout d’un Boss sans aucune difficulté et vous faire tuer 2 minutes plus tard par un petit soldat de pacotille. Faiblesse du Gameplay, encore en fois, puisqu’il est impossible de d’annuler une attaque pour esquiver ou se mettre en garde, qu’il est quasi impossible d’interrompre les attaques adverses et malheureusement, la moindre balle, ou le moindre coup mettra fin à votre combo. 

Niveau contenu, c’est correct. J’ai passé un peu plus de trente heures sur le jeu (pour le finir à 100%). Les quêtes secondaires sont nombreuses (mais peu intéressantes). Le jeu à déjà bénéficié d’une première MAJ gratuite ajoutant une nouvelle zone, un mode photo, des nouvelles missions… Pour le moment, Luffy est le seul personnage jouable et ça l’autre gros point noir de World Seeker (Zoro sera jouable dans un futur DLC). 

POUR CONCLURE

World Seeker s’adresse essentiellement au fan du manga. Les autres joueurs s’ennuieront très vite. L’histoire est intéressante, la réalisation de bonne facture mais le Gameplay limité et l’absence de personnages jouables autres que Luffy viennent plomber ce décor déjà un peu pauvre. Compter une trentaine d’heures pour finir l’histoire principale et les quêtes annexes. Forcément, on aura droit une pléthore de DLC (qui ne sont pas forcément les bienvenus) pour faire gonfler le contenu. Ganbarion nous a habitué à beaucoup mieux, espérons qu’ils n’en restent pas là et qu’ils reviennent avec un épisode plus abouti comme il savent le faire. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.